S'identifier - Contact
 

L'actualité sur Twitter


 Absentéisme public-privé

Ce que mesure réellement l'étude de la DARES

  • ulysse
  • Vendredi 22/02/2013
  • 12:30
  • Version imprimable
 


« Il n’y a pas de différence d’absentéisme entre les salariés du public et ceux du privé : on est à 3,9% pour les uns et 3,7% pour les autres, selon une étude de la DARES publiée début février »…Voilà ce que nous a affirmé le gouvernement pour justifier la suppression du jour de carence dans la fonction publique.

Sauf qu’il faudrait lire cette étude pour savoir de quoi il s’agit réellement….

Le texte de l’étude de la DARES en rapport avec cette affirmation est précisément celui-ci « De fait, en moyenne sur la période 2003-2011, la proportion [souligné par moi] de salariés absents est de 3,9% parmi les titulaires de la fonction publique, 3,7% parmi les salariés disposant d’un CDI depuis plus d’un an ».

Et que signifie ce terme de « proportion » par rapport à la méthodologie de l’étude ?

En réalité, cette étude n’a en aucun cas calculé un taux d’absentéisme (nombre de jours ou d’heures d’absence d’une population sur une période de référence / nombre de jours ou d’heures normalement travaillées par cette population sur cette même période).

 
La question (A2a) qui est posée aux répondants de l’enquête Insee utilisée pour produire cette étude est la suivante :
 

« Durant la semaine du lundi (date du lundi de la semaine concernée par l’enquête) au dimanche (date du dimanche de la semaine concernée par l’enquête), avez vous effectué ne serait-ce qu’une heure de travail rémunéré ?

-    Oui

-    Non [lien vers une question pour vérifier que la personne a bien un emploi] »

Une autre question de l’enquête (B45a) sert aussi à prendre en compte les salariés étant partiellement absents la semaine de référence.

 

Mais cette information, comme pour ceux absents toute la semaine, ne sert qu’à calculer le ratio de salariés absents sur une semaine donnée, et non un taux d’absentéisme. Ainsi, quelqu’un absent par exemple 4 jours sur 5 aura le même impact sur le calcul de ce ratio qu’un individu absent 1 seul jour la même semaine. Au final, cette enquête permet juste de dire effectivement que la proportion de salariés absents une semaine donnée est quasi équivalente dans le privé et le public. Oui, mais les durées moyennes d’absence concernées ne sont justement pas les mêmes (entre autre à cause du délai de carence...), et ça, l’enquête en question se garde bien de le mesurer...

Cela n’a donc strictement rien à voir avec les taux d’absentéisme…

En France, aucune étude statistique publiée sur l’absentéisme ne combine les critères suivants : exhaustivité des secteurs (même par échantillonnage), méthodologie scientifique, données récentes :

-    soit les résultats publiés sont produits très irrégulièrement et sont donc rapidement anciens (ils remontent vite à 3 ou 4 ans, voire plus), et ne concernent pas tous les salariés (public et privé),

-    soit ces données sont partielles et/ou sous forme financière (ainsi la base Eco-santé de la CNAM recouvre les IJSS seulement pour les soins de ville du Régime général depuis 2005 et en montants. Il en va de même pour les statistiques mensuelles de la CNAM, qui sont valorisées)

-    soit ils se concentrent sur un secteur bien déterminé, voire des statuts spécifiques (fonctionnaires territoriaux, secteur hospitalier, etc), et avec des indicateurs parfois très agrégés, parfois sous forme de fourchettes,

-    soit, lorsque ces données sont plus récentes et régulières et avec un niveau de détail un peu plus fourni, elles ont été  obtenues au travers d’un processus de collecte déclarative auprès d’entreprises, avec des règles de calcul dont l’homogénéité n’est pas complètement garantie. Les résultats ne sont donc pas indiscutables, et la représentativité statistique de l’échantillon n’est pas non plus parfaite (c’est en général le cas d’études menées par des sociétés de conseil – Baromètre Alma Consulting - ou par des organismes professionnels).

Pour montrer le caractère réducteur – un peu manipulateur peut-être ? …- de l’étude de la DARES, voici troischiffres, issus d’études publiées récemment, illustratifs de l’absentéisme sur trois périmètres distincts du secteur public :

-        taux d’absentéisme pour raisons de santé (tous motifs – maladie, maternité, longue maladie, AT) dans la Fonction Publique territoriale sur 2011 (Etude SOFCAP – Assurance des collectivités territoriales – en date de mai 2012 ), échantillon de 356 500 agents répartis dans 18 500 collectivités assurées :  le taux d’absentéisme varie de 6,6% dans les structures de moins de 10 agents CNRACL (Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales à laquelle sont affiliés les agents des collectivités locales) à 10% dans les structures de 350 agents CNRACL et plus

-    taux d’absentéisme pour raisons de santé (tous motifs – maladie, maternité, longue maladie, AT) dans la Fonction Publique hospitalière sur 2011 (
Etude SOFCAP – Assurance des établissements hospitaliers – en date de mai 2012 ), échantillon de 114 000 agents répartis dans 900 établissements assurés : le taux d’absentéisme varie de 14% dans les établissements de moins de 50 agents CNRACL à 10% dans les établissements de 100 agents CNRACL et plus

-   taux d’absentéisme pour raisons de santé (tous motifs là aussi) dans l’Education Nationale sur 2009-2010 (Rapport n° 2011-056 de l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche sur la base des chiffres de la Direction générale de l’enseignement scolaire, page 11,
http://cache.media.education.gouv.fr/file/2011/56/9/2011-056-IGAENR_215569.pdf) : 7,44%

A titre comparatif – j’émets quelques petites réserves quant à la méthodologie utilisée -  le quatrième baromètre de l’absentéisme d’Alma Consulting Group, réalisé de janvier à juin 2012 auprès des DRH de 241 entreprises privées représentant 408 834 salariés en 2011, pour toutes les absences pour raisons de santé hors maternité, donne un taux d’absentéisme de 3,84%.

En extrapolant le taux d’absentéisme maternité, qui représente 24% du montant des IJSS versées en France en 2010 (chiffres des Comptes de la Santé de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du Ministère des Affaires Sociales  , on obtiendrait donc un taux final de (3,84% / 0,76) = 5,05%.

C’est ce taux de 5,05% qui serait donc à comparer à ceux des deux fonctions publiques - territoriales et hospitalières – ci-dessus. On voit donc bien que le niveau d’écart n’est pas négligeable.

On peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres….dès l’instant où on n’explique pas ce qu’ils recouvrent précisément.

 
Frédéric Martin

Commentaires

plagiat?

Bonjour, je voulais simplement signaler que le cabinet de conseil Kurt Salmon France a publié sur son site un article en tous points semblable au vôtre:

http://www.kurtsalmon.com/fr-fr/ressourceshumain/vertical-insight/767/Absent%C3%A9isme-%3A-ce-que-mesure-r%C3%A9ellement-l%E2%80%99%C3%A9tude-de-la-DARES

peut-être devriez-vous faire valoir vos droits ?

cdt,

E. A.

 

 

Très bon article! Merci pour cet article.

 

 

Formations RH - Contrôle de Gestion Sociale - RH Internationales


Recherche


Archive : tous les articles

Archives par mois


Archives par mois